ligature


ligature

ligature [ ligatyr ] n. f.
XVe; ligadure XIVe; bas lat. ligatura, de ligare lier
1Opération consistant à réunir, à fixer, à serrer avec un lien. Faire une ligature. Chir. Nœud fait à l'aide d'un fil autour d'un vaisseau (hémostase), d'un cordon ou d'un conduit. Ligature des trompes, chez la femme, des canaux déférents ( vasectomie) , chez l'homme :méthodes de stérilisation. — Hortic. Ligature d'une greffe, pour maintenir les deux éléments.
2Lien, nœud permettant cette opération. On fixa les skis « avec de fortes ligatures » (Chardonne). Ligature de catgut.
3Typogr. Trait reliant deux lettres (ff, fl, etc.); signe comportant plusieurs lettres ainsi liées.
Mus. Ancien signe de notation unissant plusieurs notes en un seul graphisme.
4Gramm. Mot servant à lier plusieurs mots, plusieurs propositions (conjonction, préposition).

ligature nom féminin (bas latin ligatura, du latin classique ligare, lier) Opération chirurgicale consistant à occlure un vaisseau sanguin ou lymphatique, ou encore un canal, à l'aide d'un fil noué. Action d'entourer d'un lien une plante, une greffe. Ensemble de lettres liées et qui forme un caractère unique. (Exemple : œ.) Signe de notation constitué par deux ou plusieurs notes soudées les unes aux autres. (Il est employé dans le chant grégorien.) Mode d'attache de cordes, de cordages ou de fils de fer. Toron de fil, de ficelle, destiné à renforcer un tube, un entre-nœud dans une canne à pêche, etc.

ligature
n. f.
d1./d Opération consistant à serrer ou à assembler par un lien.
d2./d CHIR Opération qui consiste à lier un conduit; résultat de cette action. Ligature d'un vaisseau. Ligature des trompes.
d3./d TECH Lien réalisé au moyen d'une corde, d'un fil métallique.

⇒LIGATURE, subst. fém.
A. — Action d'entourer et d'attacher avec un lien. Ils sont incirconcis; mais quelques-uns se font une espèce d'infibulation, en retirant le prépuce en avant du gland de la verge, et en l'y fixant par le moyen d'une ligature (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 14).
Spécialement
CHIRURGIE
Opération consistant à attacher, comprimer, serrer avec un lien. Ligature du cordon ombilical, ligature de l'aorte. Maître Ambroise Paré (...) procéda le premier à la ligature des artères (FRANCE, Bonnard, 1881, p. 421) :
1. ... c'est ainsi que l'on a quelquefois pratiqué la ligature de l'artère carotide primitive, la ligature de l'artère crurale à sa partie supérieure avant de faire l'extirpation de certaines tumeurs du cou ou de la face, avant d'amputer la cuisse dans l'articulation coxo-fémorale.
NELATON, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 9.
Ligature des trompes. Intervention chirurgicale consistant à sectionner les trompes et à ligaturer les extrémités sectionnées de façon à empêcher l'ovule de parvenir à l'utérus et ainsi à rendre la grossesse impossible (cf. Méd. Psychanal. 1971).
HORTIC. Action d'entourer et d'attacher avec un lien une plante, une greffe. La ligature a pour effet de rapprocher les tissus écartés et les écorces soulevées, de serrer les fentes et de fixer le greffon en place sur le porte-greffe (BRUNET, Matér. vitic., 1909, p. 62).
P. métaph. C'est vraiment un grand mystère que cette sorte de ligature du spirituel au temporel. On pourrait presque dire que c'est comme une sorte d'opération d'une mystérieuse greffe (PÉGUY, Argent, 1913, p. 1224).
B. — Mode d'attache de tout lien souple ou flexible, de cordages entre eux; l'attache elle-même. Toutes les jonctions de fils de l'antenne [de T.S.F.] se feront au moyen d'épissures ou de ligatures soigneusement soudées à l'étain (COUSTET, T.S.F. prat., 1924, p. 49).
ÉLECTR. Mode de fixation des conducteurs aériens sur les isolateurs (cf. SIZ. 1968). Les fils sont arrêtés sur les isolateurs de ce dernier appui au moyen de ligatures d'arrêt (A. LECLERC, Télégr. et téléph., 1924, p. 309).
Au fig.
Empêchement, obstacle, restriction mis à toute espèce de réalisation. Tu établirais, si tu le pouvais, un barrage, une ligature au lien de notre joint afin d'empêcher toute communication entre nous, toute transfusion (ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p. 101).
SC. OCCULTES. Maléfice de sorcellerie auquel on attribuait, au Moyen Âge, le pouvoir d'interrompre certaines fonctions du corps :
2. Qui sait si ces élixirs de longue vie, si ces philtres amoureux que les sorcières vendaient aux gens épuisés ou atteints de ligature, n'étaient pas composés de substances similaires ou analogues?
HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 77.
C. — P. méton. Le lien lui-même servant à ligaturer. Elles la chaussent de ses sandales romaines, en nouent les ligatures (ARNOUX, Roi, 1956, p. 162).
MAR. Morceau de filin. ,,Long et fort cordon de fil de caret qui sert à souquer les pièces d'un mât et d'une vergue d'assemblage`` (LITTRÉ).
P. anal.
GRAMM. Mot servant à lier plusieurs mots, plusieurs propositions (conjonction, préposition). C'est pourquoi la ligature annexe généralement : 1o Un terme de causalité ou de finalité, comme : « ... Car », « ... Et en effet », « ... Et c'est pourquoi », « ... Et dans ce dessein », etc. (MORIER, 1975).
MUS. Barre qui réunit deux ou plusieurs croches. Plusieurs croches peuvent être liées ou plus exactement réunies par une barre appelée ligature. Si ce sont des doubles croches, des triples, des quadruples, on emploie deux, trois, ou quatre barres (ROUGNON 1935, p. 35).
TYPOGRAPHIE
Trait mince qui lie les parties d'une même lettre ou reliant deux lettres entre elles (cf. COMTE-PERN. 1974).
Caractère représentant plusieurs lettres en un seul signe graphique. & pour et est une ligature mérovingienne :
3. L'écriture des manuscrits avait multiplié l'emploi des lettres liées, ou ligatures, dont le principe fut conservé par les premiers imprimeurs. Reliant deux lettres ou plus en un seul signe, elles faisaient gagner du temps, de la place et apportaient dans la page une note d'élégante fantaisie.
Impr., 1977.
Fixation d'un bloc de composition. La ligature se fait avec une ficelle (E. LECLERC, Nouv. manuel. typogr., 1932, p. 89).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1377 [éd. 1495] ligadure prob. méd. (B. DE GORDON, Pratiq., II, 10 ds GDF. Compl.); 1398 [ms. XVe s.] prob. méd. (Somme Me Gautier, BN 1288, fol. 30 d, ibid.); 1575 méd. (PARÉ, éd. J. Malgaigne, t. 1, p. 351 a : ... ligature en la racine de la loupe avec menue ficelle); b) 1671 « nœud pratiqué avec un lien » (POMEY); c) 1796 hortic. « bande retenant un emplâtre placé sur la partie malade d'un arbre » (Encyclop. méthod. Art aratoire et jard., p. 136 a); 2. ca 1480 ligature empl. par image « ce qui lie, enchaîne, inhibe » (Mistère Vieil Testament, éd. J. de Rothschild, 39847); 1584 « paralysie génétique due à un maléfice, un charme » [cf. lier II C « nouer l'aiguillette »] (G. BOUCHET, Serées, I, 187 ds GDF. Compl. : ligature charmee); 3. 1538 « action de lier » (EST., s.v. ligatura); 4. 1582 « sorte d'étoffe grossière » (Tarif d'entrée à Calais ds GAY); 5. 1680 typogr. « ensemble de 2 lettres liées » (RICH.). Empr. au b. lat. ligatura « ligature, action de lier », spéc. méd.; fig. « inhibition, empêchement »; les formes ligadure sont influencées par le prov. ligadura (1465, PANSIER t. 3, p. 103 b); cf. le dér. pop. de lier au moyen du suff. -ure : a. fr. liüre (fin XIIe s. « ligature » Sermons de St Bernard, 81, 18 ds T.-L.; ca 1200 « lien, bande liant une partie du corps » Dialogues Grégoire, 98, 20, ibid.). Fréq. abs. littér. : 73.

ligature [ligatyʀ] n. f.
ÉTYM. XVe; ligadure, XIVe; bas lat. ligatura, du supin de ligare « lier ». → Lier.
1 Opération qui consiste à serrer qqch. avec un lien, une bande, pour réunir, consolider, comprimer. || Faire une ligature. Lier.
Spécialt. (Chir.). Nœud fait à l'aide d'un fil autour d'un vaisseau, d'un cordon ou d'un conduit. Bandage; nœud. || Ligature d'un vaisseau. Garrot; hémostase. || Ligature d'une tumeur, du cordon ombilical.Hortic. || Ligature d'une plante pour la fixer à son tuteur. || Ligature d'une greffe. || Serrer les ligatures (→ Liber, cit.). || Ligature de la vigne. Accolure.Techn. || Ligature faite à un câble, à un cordage. Attache.
tableau Lexique de la chirurgie.
2 Cour. Lien servant à cette opération. || Ligature de catgut, de fil métallique. || Ligature de jonc. || Ligature en spirale. || Forte, solide ligature (→ Génuflexion, cit. 4).
0 C'était une espèce de faux soldat (…) qui défaisait en sifflant les bandages de sa fausse blessure, et qui dégourdissait son genou sain et vigoureux, emmailloté depuis le matin dans mille ligatures.
Hugo, Notre-Dame de Paris, II, VI.
Mar. Morceau de filin ou faisceau de fils de caret, capable de soutenir un certain poids.
3 Par anal. Typogr. Trait reliant plusieurs lettres (ff, fl, etc.).Signe comportant plusieurs lettres liées ensemble.Par ext. Signe graphique figurant plusieurs lettres. || Les ligatures de l'écriture grecque rendent difficile le déchiffrage des manuscrits.Mus. Barre qui relie plusieurs croches.
4 Gramm. Mot servant à lier plusieurs mots, plusieurs propositions (prépositions, conjonctions).
DÉR. Ligaturer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ligature — may refer to: Ligature (medicine) Ligature (music), a characteristic notation style of the Medieval and Renaissance periods of music history Ligature (musical instrument), a device used to attach a reed to the mouthpiece of a woodwind instrument… …   Wikipedia

  • ligature — Ligature. s. f. Bande dont les Chirurgiens lient les membres pour faire leurs operations. Serrer, lascher la ligature. faire une ligature. Il signifie aussi, La maniere de lier avec cette bande. C est un Chirurgien qui entend bien les ligatures.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Ligature — Lig a*ture (l[i^]g [.a]*t[ u]r; 135), n. [L. ligatura, fr. ligare, ligatum, to bind: cf. F. ligature. Cf. {Ally}, {League}, {Legatura}, {Liable}, {Ligament}.] 1. The act of binding. [1913 Webster] 2. Anything that binds; a band or bandage. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • ligature — c.1400, something used in tying or binding, from M.Fr. ligature (14c.), from L.L. ligatura a band, from L. ligatus, pp. of ligare to bind (see LIGAMENT (Cf. ligament)). In musical notation from 1590s; of letters joined in printing or writing from …   Etymology dictionary

  • ligature — ► NOUN 1) a thing used for tying something tightly. 2) a cord used in surgery, especially to tie up a bleeding artery. 3) Music a slur or tie. 4) Printing a character consisting of two or more joined letters, e.g. æ. ► VERB ▪ bind or connect with …   English terms dictionary

  • ligature — [lig′ə chər] n. [ME < MFr < LL ligatura < pp. of L ligare, to bind < IE base * leiĝ , to bind > MLowG līk, a tie, MHG geleich, joint, Alb lidhe, a bond] 1. a tying or binding together 2. a thing used in tying or binding together;… …   English World dictionary

  • Ligature — Lig a*ture (l[i^]g [.a]*t[ u]r), v. t. (Surg.) To ligate; to tie. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Ligature — (frz., spr. tühr), hinterind. Geldgröße, ein Bündel von 600 Dong (s.d.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • ligature — index chain (nexus), connection (fastening) Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • ligature — in printing, is a pair of letters printed in a joined form, e.g. æ. See digraph …   Modern English usage


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.